TÉLÉCHARGER LA BROCHURE | ENREGISTREZ-VOUS

CIEHC-3

La troisième conférence internationale et exposition sur les

hydrocarbures de la République du Congo

Palais des Congrès, Brazzaville, République du Congo

24 – 26 avril 2017

Au nom du ministère des Hydrocarbures de la République du Congo et d’AME Trade Ltd, nous sommes ravis de vous souhaiter la bienvenue à la troisième conférence internationale et exposition sur les hydrocarbures de la République du Congo (CIEHC-3). La CIEHC se tiendra au Palais des Congrès de Brazzaville du 24 au 26 avril 2017.

La CIEHC-3 est un événement complet permettant de découvrir les opportunités et les défis liés à la conduite des affaires dans le secteur des hydrocarbures de la République du Congo. Il comprendra :

  • Trois jours de salon commercial
  • Deux jours de conférence
  • Des ateliers interactifs
  • Le dîner de remise des prix du secteur pétrolier et gazier congolais

Un rendez-vous majeur dans le monde du pétrole et du gaz

La CIEHC s’est déjà imposé comme le principal événement portant sur le pétrole et le gaz en Afrique centrale. La seconde édition de la CIEHC (2014) a réuni plus de 1 000 participants, 36 intervenants et 50 exposants venant de 25 pays.

Le thème directeur de l’évènement est :

Le secteur pétrolier congolais : défis et perspectives

Pourquoi Participer

  • Découvrez le nouveau code des hydrocarbures du Congo
  • Rencontrez les gagnants du dernier appel d’offres du Congo
  • Participez au nouvel appel d’offres du Congo
  • Assurez la promotion de vos produits et de vos services auprès d’une audience pré-qualifiée de haut niveau
  • Informez-vous sur la manière de faire des affaires dans le secteur des hydrocarbures du pays
  • Identifiez les opportunités clefs pour ce qui est d’investir et de faire des affaires, notamment en matière d’investissements stratégiques, de formation, de développement des compétences, de prestation de services, etc.
  • Entretenez et étoffez votre réseau en interagissant avec les dirigeants du secteur public et privé, ainsi qu’avec les fournisseurs de services, qui sont tous réunis en un même lieu

Les Opportunités

DÉCOUVREZ LES NOMBREUSES OPPORTUNITÉS QUI EXISTENT AUJOURD’HUI DANS LE SECTEUR DES HYDROCARBURES DU CONGO!

La République du Congo

Un environnement favorable – Des ressources inexploitées – Une position stratégique sur l’échiquier pétrolier et gazier mondial

Une production pétrolière et gazière en plein essor au Congo

  • Une production pétrolière attendue en hausse : la production pétrolière, selon les estimations, devrait augmenter pour passer à 300 000 barils par jour en 2018 contre environ 250 000 barils par jour en 2016, grâce à la mise en production d’un nouveau champ offshore profond en 2017.
  • Un géant africain : le Congo devrait devenir le troisième plus grand producteur pétrolier de l’Afrique sub-saharienne en 2017.
  • Des projets majeurs sont en train d’aboutir : Moho Nord (2ème projet du permis offshore Moho Bilondo), entrera en production au printemps 2017. Le projet intégré de Moho Nord devrait avoir une capacité de production de 140 000 barils par jour. Les investissements dans le projet se chiffrent à 10 milliards de dollars américains et incluent l’installation d’une unité de production flottante.

Promouvoir en toute transparence le développement futur du secteur pétrolier et gazier congolais

  • La République du Congo a aujourd’hui mis en jeu huit blocs de l’offshore profond et ultra-profond du bassin côtier et cinq blocs onshore dans le bassin de la Cuvette congolaise.
  • Un appel d’offres totalement transparent a été lancé et les résultats sont attendus en mars-avril 2017.
  • La mise en jeu de nouveaux blocs dans l’offshore peu profond (5 blocs) et dans les zones onshore du bassin côtier (4 blocs) sera lancée en 2017. Le nouveau programme sera axé sur le pré-sel et le post-sel de l’offshore peu profond.

Le nouveau code des hydrocarbures du Congo offre un environnement favorable à toutes les parties prenantes

  • Un code qui bénéficie à toutes les parties : le nouveau code des hydrocarbures a été adopté par le Parlement (août 2016) ainsi qu’un régime de partage de production.
  • Incitations pour les investisseurs : les royalties pétrolières sont réduites et passent à 12 % contre 15 % auparavant et les royalties gazières baissent pour passer de 15 % à 5 %
  • Création d’emplois et de richesses pour la population congolaise : priorité en terme d’emploi et de formation donnée aux travailleurs congolais, promotion et utilisation de services locaux et garantie qu’au moins 25 pour cent des coût de développement et de production sont d’origine locale. Les entreprises privées nationales devraient également maintenant avoir des intérêts dans les nouvelles licences pétrolières (15 %) ainsi que dans les anciennes licences (25 %).

Valoriser la production d’hydrocarbures du Congo : champs matures et opportunités d’affermage

  • Les champs matures dont les licences d’exploitations expirent progressivement peuvent donner l’occasion d’autoriser de nouveaux groupements d’entreprises à participer.
  • Les accords d’affermage sont également possibles lorsque des licences d’exploitations sont réattribuées ou lorsque des entreprises quittent le groupement d’entreprises en place comme, par exemple, PNGF SUD (Tchibouela, Tchendo, Tchibeli – Litanzi)

Transformer le gaz en énergie propre

  • Protection de l’environnement : Le brûlage de gaz « associé » a été réduit pour passer de 60 % en 2008 à 16 % en 2015. Cette tendance s’est poursuivie au-delà de 2015, permettant au Congo de tenir ses engagements en matière de réduction des gaz à effet de serre en vertu de l’accord de la COP21.
  • La valorisation du gaz congolais inclut des projets portant notamment sur les centrales électriques (agrandissement de la CEC, nouvelles centrales), l’utilisation du gaz par l’industrie (potasse, phosphates, modernisation de la CORAF), l’utilisation du gaz par la pétrochimie (production d’urée par Nagarjuna, de méthanol par Marubeni), la liquéfaction du gaz par Rodeo et l’exportation de gaz (FLNG).

Opportunités dans la sous-traitance

Des services pétroliers et gaziers spécialisés sont nécessaires dans les domaines suivants : géophysique et géologie, tests de production, ingénierie, construction et mise à disposition de locaux et d’équipements, maintenance, inspection et contrôle qualité, etc. Il en est de même pour les services spécialisés qui ne relèvent pas du domaine pétrolier mais qui sont nécessaires comme le transport aérien, maritime et terrestre, la logistique, les approvisionnements, les transitaires, la restauration, etc.