Les ressources minières

Le secteur minier de la Mauritanie contribue de façon importante aux revenues du gouvernement

  • Les ressources minières : Les contributions directes du secteur minier au budget de l’Etat se sont élevées en 2011 à 324 M USD (plus de 91 MDS MRO), représentant 31% des recettes totales de l’Etat mauritanien.

Le secteur minier de la Mauritanie a grandement bénéficié de la diversification de la production minière.

  • Producteur de minerai de fer depuis près d’un demi-siècle, la Mauritanie a vu ces dernières années, le développement de nouvelles ressources grâce à l’exploration, l’exploitation et l’extraction d’autres substances minières comme : l’or, les terres rares, le phosphate, le sel, le gypse, le zinc, l’uranium et les minerais industriels. Les résultats des forages d’uranium à Bir En Nar sont de même très encourageants. La production de quartz de haute qualité (Oum Agneina Nouadhibou), avec environ 300.000 tonnes par an devrait démarrer d’ici 2014.
  • On note également les projets de phosphate de Bofal et Loubeira sont en cours de développement. La production initiale est estimée à 1 million de tonnes par an.

De nouvelles mines ont été ajoutées à la production pour lesquelles un investissement massif est programmé

  • De nouvelles mines sont apparues y compris celles du dépôt de Guelb Moghrein qui a produit près de 37.000 tonnes de cuivre enrichi et 81.766 onces d’or en 2010. Les quantités de cuivre devraient s’accroitre et atteindre les 50.000 tonnes d’ici 2013. S’y ajoute aussi la mine d’or de Tasiast, qui est un des plus importants projets miniers en Afrique avec des réserves minières avérées et probables de 7,6 millions d’onces, des ressources minières mesurées et indiquées de 9,1 millions d’onces et des ressources minières présumées de 4,6 millions d’onces. Un investissement de $3 milliards de dollars US est prévu sur les trois années à venir.

La Mauritanie: potentiellement 5ème exportateur de minerai de fer

  • La nouvelle vision de la SNIM est d’assurer son intégration au Top 5 mondial des exportateurs de minerai de fer d’ici à 2025 avec une production annuelle de 40 millions de tonnes et un coût de production ne dépassant pas 40 $/T.
  • De nouveaux dépôts de minerai de fer présentent d’excellents résultats notamment à Lebtheinia avec un dépôt d’environ 2.742 Mt, ainsi que les projets très prometteurs de minerai de fer de Tamagot, de Legleitat, de Tiferchai et de Kaouat. La Société Nationale Industrielle et Minière (SNIM) a annoncé (Octobre 2013) que les résultats des recherches menées à Tizerghaf, un guelb situé à 40 km au nord de Zouerate, ont permis d’évaluer les ressources probables (Inferred) de ce site à 830 millions de tonnes de minerai de fer magnétite.
  • Le projet Guelb II comprend essentiellement la construction et l’équipement d’une deuxième usine d’enrichissement de minerais de fer magnétites. Les travaux du projet ont été lancés à Zouerate, le 25 novembre 2010. Il mobilise un investissement de près de 750 millions de dollars américains.
  • Les ressources en pétrole et en gaz sont le grand potentiel encore inexploré en Mauritanie où le gisement de Chinguetti, à une profondeur d’eau de 800m, fut découvert en 2001. Selon l’opérateur de Chinguetti, la production est actuellement de l’ordre de 8000 barils par jour. Le gisement de Banda devrait selon les estimations, contenir environ 1.2 TCF de gaz naturel avec un anneau d’huile. Le gisement de Tiof devrait contenir 120 millions de barils de pétrole avec du gaz associé. Il fut découvert en 2003. Le gisement de Tevet est encore au stade de l’évaluation alors que celui de gaz de Pelican, dans la partie sud du bloc 7, est actuellement au stade de l’évaluation. En 2010, le forage « Cormoran » a mis en évidence l’existence du gaz au-delà des limites précédemment définies.
  • Dans l’Onshore, le forage « Tanit-1 » réalisé par TOTAL en 2010 avait abouti à des résultats extrêmement encourageants quant au potentiel d’hydrocarbures dans le Bassin de Taoudenni.

Les réformes apportées par le gouvernement ainsi que les projets de construction des capacités ont facilité les investissements miniers en Mauritanie.

  • Le Projet de Renforcement Institutionnel du Secteur Minier (PRISM1 et 2) est un projet initié par le gouvernement de Mauritanie avec ses partenaires de développement afin d’améliorer les capacités et la compétitivité de la Mauritanie afin d’attirer des investissements privés dans le secteur minier. Parmi les résultats de ce projet, on compte l’acquisition de nouvelles données géophysiques aériennes couvrant environ les trois quarts du territoire national, l’acquisition de nouvelles données géophysiques régionales, la mise à jour de la cartographie géologique du pays à une échelle de 1/500.000 et pour la dorsale Reguibat et les Mauritanides à une échelle de 1/200.000.
  • L’adhésion en septembre 2005 à l’Initiative de Transparence des Industries de l’Extraction (ITIE) et l’instauration de nouvelles structures telles que le Registre Minier et la Direction de l’Inspection Minière, ont permis de créer un processus administratif plus clair et mieux élaboré.
  • Un nouveau Code Minier (2012) a été mis en place avec des incitations et des aspects très compétitifs et attractifs pour les investisseurs miniers.
  • Une école des mines a ouvert ses portes en Mauritanie en novembre 2011 afin d’accompagner le développement que connait le secteur minier en Mauritanie.
  • Un code des hydrocarbures a aussi été mis en place en 2012 pour réglementer l’activité pétrolière en Mauritanie.