3ème SENHABITAT

5 au 7 décembre 2019
King Fahd Palace Hotel | Dakar, Sénégal
@senhabitat

La politique volontariste du gouvernement sénégalais pour résoudre le déficit des logements

La population urbaine du Sénégal croît à un rythme rapide, ce qui crée un besoin exponentiel de nouveaux logements abordables. La capitale du Sénégal, Dakar, augmente de 130 100 habitants par an.

Le gouvernement à travers le Plan Sénégal Emergent s’est engagé à mettre en oeuvre divers plans et stratégies pour résoudre le déficit de logement:

Accroître l’accès au logement, réduire le coût du loyer, produire localement des composantes du bâtiment, promouvoir la création d’entreprises de construction nationales, rendre les villes sénégalaises plus attrayantes et pourvoyeuses d’activités économiques, améliorer le cadre de vie et le paysage urbain.

Le gouvernement s’est engagé à mettre en œuvre une politique de développement de nouveaux pôles urbains et de zones de développement concertées. Celles-ci porteront principalement sur des projets immobiliers ayant pour objectif la réalisation de 27 pôles sur l’ensemble du territoire avec le développement de plus de 20 000 hectares.

Le Plan Emergent du Sénégal a pour objectif ambitieux de construire 15 000 logements et de faciliter simultanément l’accès à la propriété foncière.

 

Aperçu de l’industrie du logement en Afrique de l’Ouest

Le Sénégal au cœur d’un grand boom de la construction

Le Sénégal, notamment sa capitale Dakar, connait un boom de la construction, engendré par l’afflux d’organisations internationales, de l’investissement d’expatriés et par la classe moyenne montante du pays.

Le Sénégal, l’endroit idéal pour investir dans un marché sous régional de plus de 300 millions de consommateurs :

  • Dakar est devenue l’une des dix premières villes africaines les plus chères à vivre. En 2030, avec une population de plus de 5 millions d’habitants, Dakar sera l’une des 15 villes les plus peuplées d’Afrique
  • Le Sénégal atteste d’une situation idéale, géographiquement et économiquement dans la Sous-région Afrique de l’Ouest, il constitue un accès aux marchés du Bénin, du Burkina Faso, Cap-Vert, Côte d’Ivoire, Guinée, Guinée-Bissau, de la Gambie, du Ghana, du Libéria, du Mali, de la Mauritanie, du Niger, du Nigeria, de la Sierra Leone et du Togo.

Avec une population de 312,2 millions, dont 140,1 millions (44,9 pour cent 2011 qui passera à 65,7% en 2050) vivent dans des zones urbaines, l’Afrique de l’Ouest est la région qui connait une urbanisation la plus rapide après l’Afrique de l’Est.

La classe moyenne africaine croissante conduira à une demande accrue de solutions et de produits visant à améliorer leurs cadres et leurs modes de vie.

L’Afrique a maintenant la classe moyenne qui connait la plus forte croissance dans le monde. Quelques 313 millions de personnes, 34% de la population de l’Afrique, dépensent 2,20 dollar US par jour, une hausse de 100% en moins de 20 ans, selon la Banque africaine de développement. Les dépenses de consommation par la classe moyenne atteignent environ un quart du PIB de 3.359 milliards de dollars en 2012-2014. En 2030, ce chiffre atteindra probablement 2,2 milliards de dollars US.

X